Les nouvelles hypothèses

Une hypothèse récente, avancée par le journaliste italien Sergio Frau, remet en question la localisation même des célèbres colonnes d'Hercule, délimitant le monde connu des anciens grecs et au-delà desquelles se trouvait la mystérieuse Atlantide. Après plus de trois années de recherches bibliographiques, il est arrivé à la conclusion que c'est le géographe grec Eratosthène (vers 276-194 avant Jésus-Christ), célèbre pour avoir mesuré la circonférence de la Terre au moyen des ombres projetées par deux obélisques, qui a, le premier, placé les colonnes d'Héraklès au niveau du détroit de Gibraltar. C'est à dire deux cents ans après la rédaction du "Timée" et du "Critias" par Platon ! Selon Sergio Frau, les colonnes d'Hercule citées par le philosophe correspondraient plutôt au détroit...de Sicile, faisant ainsi de la Sardaigne la nouvelle candidate pour l'Atlantide ! On trouve d'ailleurs de nombreuses similitudes entre les deux îles, comme le climat, la végétation, les sources d'eau chaude, la présence de mines de cuivre et d'argent, la maîtrise du bronze...

mer_m_diterran_e1

carte_top_sardaigne

Comme dans le cas de la civilisation minoenne en Crête, une civilisation, appelée Nuraghe, a disparu subitement de Sardaigne vers la fin du 2e millénaire. Cette civilisation, dite nuraghique (ou nouraghique), serait apparue aux environs de -1.500 BP, pour atteindre son apogée vers le début du premier millénaire. L’origine de cette culture pose un grand problème archéologique car il faut faire intervenir une influence d’origine égéenne: celle de la civilisation minoenne crétoise antérieure à -1400. (Serge Hutin, Les civilisations inconnues, Fayard, 1961).

Bien entendu, celà repose le problèmes des dates. On est loin des -11.000 ans annoncés dans l'oeuvre de Platon ! Mais, on peut supposer que ces deux civilisations méditerranéennes (minoenne et nuraghique) eurent des ancêtres communs et que ceux-ci devaient être aussi avancés que les astronomes hittites, leurs cousins indo-européens ! D'ailleurs, le Néolithique, caractérisé par l’élevage et l’agriculture, s’est progressivement installé en Sardaigne à partir du 8e millénaire BP, ce qui impliquait pour ces populations de savoir naviguer, et les premiers monuments mégalithiques, constitués de coffres de pierre et de pierres dressées, sont apparus en Sardaigne à un stade relativement évolué de la période néolithique de l’île, vers -6.000 BP.

nuraghe
Nuraghe - vestiges de la civilisation nuraghique

La disparition de cette civilisation pourrait s'expliquer par des tremblements de terre sous-marins et des tsunamis. Bien qu'il soit plus fréquent de les rencontrer dans l'Océan Pacifique, des tsunamis se sont déjà produits en Méditerranée. En 2000 ans, près d'une vingtaine de tsunamis ont ainsi été recensés en Méditerranée, dont certains furent meurtriers:

  • environ 1500 avant J.C.: l'éruption du Santorin détruisit la ville crétoise d'Akrotiri (Une vague géante provoqué par l'explosion du volcan à balayé la Crète du nord au sud) ;
  • 373 av. J.C.: violent tremblement de terre qui causa l'effondrement et la submersion des villes de Héliké et de Boura sur la rive méridionale du golfe de Corinthe ;
  • 365: Alexandrie, en Egypte fut dévastée par un séisme puis balayée par un raz de marée. Le nombre de victimes est estimé à 50000 ;
  • 551: le long de la côte du Liban (Beyrouth fut détruite) et de la Syrie ;
  • 1564: Séisme dans les Alpes Maritimes, nombreux villages détruits. Important mouvements de mer à Antibes, à Monaco, à Nice ainsi qu'un affaissement du port de Villefranche-sur-Mer ;
  • 1887: Italie - France (1000 morts) Le foyer était situé en mer au large entre Diano Marina et Impéria ; Les vagues du tsunami n'ont pas dépassé un mètre en France à Villefranche, Menton, Nice et Antibes ;
  • 1908: Un séisme de 7,5 détruisit les villes de Messine en Sicile et Reggio en Calabre (en Italie). La mer inonde les rues de Messine ;
  • 1979: petit tsunami entre Nice et Antibes. La digue d'un chantier de l'aéroport est emportée (11 morts) ;
  • 1986: Petit raz de marée en Provence, sur la plage de Beauduc en Camargue. Une vague de deux mètres submerge la plage à la suite d'un séisme en Méditerranée ;
  • 2003 (mai): un petit tsunami touche , sans faire de victimes, les Baléares et les côtes françaises ;
  • 2004 (aout): Mini-tsunami à Marseille (La mer se retire d'une vingtaine de mètres sur la plage de la Pointe-Rouge). Pas de dégâts ni de victimes.

Cependant, il faut reconnaître que, outre les problèmes de dates, cette explication est également en désaccord avec le récit de la destruction complète de l'île rapporté dans le Critias, l'île n'ayant pas été engloutie.